mercredi 7 août 2013

ma visite chez la psy....

coucou

Après avoir amener thomas pour faire son test de précocité (résultat que le 12), le contact avec cette psychologue ayant été très bon pour moi, j'ai décidé de prendre rdv pour moi, pour comprendre d'où me viennent mes crises d'angoisses et mon agoraphobie.



Car très entre nous,j'en ai marre et j'aimerais pouvoir profiter de la vie comme elle devrait être vécue,ressentir les sensations et surtout partir de chez moi un peu sans que çà me mette dans un état pas possible.
A bientôt 40 ans, j'ai l'impression d'avoir regardé ma vie mais non de l'avoir vécu.



Alors tout d'abord, j'ai appris pleins de choses, que mon agoraphobie n'était pas que liée à la peur de la foule et des espaces contigus mais aussi les grands espaces sans repère visuel pouvait aussi me procurer cette même sensation d'inconfort et de gêne.
Le plus dur pour moi, ceux sont les départs, partir de chez moi et c'est sur ce point que l'on tentera de creuser au fil des séances.Car bizarrement, les retours ne me posent pas de soucis.



J'ai aussi appris qu'il existait un souci physique qui pouvait provoquer mes crises, j'ai une vision un peu plus large et les informations que je perçois peuvent plus facilement embrouiller mon cerveau car les infos perçues arrivent plus vite et de façon un peu brutale, d'où ensuite la boule dans la gorge,les sueurs, le tournis et la perte de connaissance.

J'ai aussi appris que l agoraphobie malheureusement ne se soigne pas mais peu se contrôler,par des petits exercices de relaxation et j'ai déjà appris deux petites techniques.

Il va aussi falloir et c'est un point essentiel que je prenne enfin confiance en moi, un de mes plus gros souci vient de là, je n'ai pas confiance en moi mais pas du tout sauf au travers de mon blog où j'arrive à m'extérioriser un peu.

Voilà, j'ai déjà hâte à mon deuxième rdv et refaire la séance de relaxation.
Pendant cette séance, ma psychologue m'a demandé de fermer les yeux et de trouver une image et un endroit où je me sentais apaisée.

Après un petit défilé d'image dans ma tête : mon esprit s'est fixé sur mon cadre en canevas que j'ai accroché dessus de mon lit :



Et ensuite je me suis retrouvée dans des bras, des bras confortables,des bras rassurants ....je ne sais pas à qui sont ses bras, je n'arrive pas à voir la tête qui avec, c'est mon cadre à la place.
C'est space mais à la fin de la séance, ouaouh, quel zenittude !!!! 
Je suis rentrée chez moi avec comme si on m'avait enlevé un poids de mon ventre, je me suis  sentie légère et complètement reposée.


Voilà, j'espère quand même arriver assez vite à ne plus avoir de crises d'angoisses ou d'agoraphobie, çà fait trop longtemps que j'en souffre.

Je vous tiens au courant de mes progrès en la matière et si jamais j'arrive à voir à qui sont ces fameux bras 
.....


Bisous

10 commentaires:

  1. super si cela a pu t'aider deja en 1 séance!!!!
    les peurs et les angoisses c'est pas evident d'y faire face, je le sais car j'en souffre egalement!!!! mais a force de travailler sur moi même, je commence seulement a reprendre le controle quand ça va pas mais y'a encore du boulot hein!!!!
    c'est bien ma belle continues comme ça....
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou ludivine, vi c'est pas simple de vivre avec çà surtout que pendant la période sous antidépress, les symptômes ayant disparus je me croyais guérrie, mais cette fois ci pas d'antidépress, je n'en veux plus je les excècre alors je vais travailler sur moi gros bisous

      Supprimer
  2. Lorsque je vous lis, cela me reporte quelques années dans le passé où j'ais commencé à avoir ce que vous décrivez. La première fois que cela m'est arrivé, j'avais 19 ans, nous faisions la file dans un étroit corridor d'un cinéma en attendant que la séance précédente se termine, nous étions 6 ensembles, le corridor assez étroit et surchauffé la file assez longue, je me suis retrouvée assise dans une salle entourée de mes amies et amis qui tous assez effrayés et moi à me demander ce qui c'était passé, ne me rappelant strictement de rien, j'étais en nage et demandais ce qui c'était passé et ou me trouvais je ? Ils m’expliquèrent, que je m'étais tout à coup écroulée qu'un ami ce trouvant juste derrière moi avait juste eut le temps de me rattraper avant que je ne me retrouve au sol et que l'ont nous avais mis dans une autre salle inoccupée à cette heure, qu'une personne avait proposé d'appeler une ambulance, ce qu'avaient tous refusés, ce dont ils avaient bien fait une chance que nous nous connaissions et n'étais seule (quoique je ne serais jamais allée seule de toute façons)Et voici donc la première fois ou çà m'est arrivé,étant une habituée des hôpitaux ne m'en fis pas plus que çà malgré, que çà se reproduisit d'autres fois mais plus au cinéma, mais p.ex. lorsque je devais faire la file aux caisses et là je commençais à transpirer, j' ôtais mon manteau ou gilet et comme parait il devenais toute blanche, les autres me laissais passer ou si non, je le demandais. Ensuite apparurent les angoisses, oppressée j'avais du mal à respirer, alors du bien me rendre à l'évidence que quelque chose de pas normal m'arrivait, je consulté mon médecin et lui expliquais, me demanda si j'étais stressée, angoissée pour une chose ou autre nouvellement arrivé, vu que me connaissant savait, que c'était pour moi chose courante, dont le pourquoi du nouveau ? Puis fini par en déduire que c'était l'accumulation de tant de choses à se demander comment cela ne m'étais arrivé plus tôt et me préconisa de faire des séances de sophrologie et d'avoir tjrs à portée de mains un sac en papier, où là ou çà m'arriverait de respirer quelques minutes dans ce sac, je suivi ses conseils et dois avouer que çà me pris quelques années avant de m'en débarrasser, et remarquais que cela m'arrivais toujours en public chose pas agréable du tout, je vous comprends très bien, et maintenant que je n'ais plus je me demande,si cela ne ce serait arrêté depuis que je suis en chaise au fait, ce n'est que maintenant en vous lisant et intervenant que je me pose cette question. Je termine donc en vous souhaitant bon courage et de toute façons, j'en apprendrai en vous lisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonsoir niki, merci pour ton témoignage, c'est clair que mes premiers évanouissement étaient aussi inattendus , je pense que c'est peut être aussi une accumulation de non dit et de prise sur moi face aux agressions extétieurs et aux injustices dont j'ai pu être victime, ma maman m'a soulevé une question tout à l'heure, la perte de mon arrière grand-mère qui m'avait beaucoup élevée avec qui j'étais fusionnelle, c'est peut être çà la peur du départ que j'ai, je referais un article après ma deuxième séance si j'arrive à y voir plus clair, courage aussi à vous car être en fauteuil n'est pas simple (une de mes meilleurs amies l'est)pleins de gros bisous

      Supprimer
  3. Super si elle t'aide !
    Moi je vais voir une relaxologue qui est admirable, y a pleins de trucs qui se décoicent !
    Bonne continuation dans cette voie, on se verra bientôt à Paris alors ? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou, j'en rêve ma belle ;) déjà, si j'arrive cet hiver à aller en Normandie avec ma mère par le train, on va essayer en tous les cas, gros bisous

      Supprimer
  4. C'est courageux de consulter. Je te souhaite de réussir dans cette démarche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour, oui, merci, je ne veux surtout pas retomber dans la spirale de l'antidépresseur je voudrais ne plus avoir ces craintes et peurs du monde extérieur car çà me bouffe vraiment de l'intérieur, je passe à côté de trop de choses ;) merci à bientôt

      Supprimer
  5. Super, c'est un bon début pour une première séance. Bonne nuit, bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. coucou, oui, j'essaye d'appliquer tous les soirs pour m'endormir la phase de relaxation mais sans la voix de la psychologue, c'est dur... mais j'y arriverais bisous

      Supprimer

et toi ? tu en penses quoi ?